Qui en tant de célibat ne s’est jamais retrouvé devant un ami(e), bien évidemment, et si bien dans son couple qui vous dit: « Alors? T’as trouvé quelqu’un? »

Sourires forcés, petite gorgée dans son verre pour gagner du temps, on inspire,…

Restons calme et mettons nous d’accord: être en couple n’est pas le seul but de l’être humain dans la vie, pas plus que d’avoir une descendance ou d’avoir un prix Nobel.

Le problème ici se pose dans l’idée que, ne pas avoir de partenaire de vie au sens large fait que nous n’avons pas de raisons de profiter du temps qui passe.

Je ne suis pas philosophe mais…

La vie prend un sens différent à chaque étape que l’on traverse, c’est un travail personnel que de savoir de quoi son constitués nos désirs, nos espoirs. Il changent au fil du temps, aussi sinueux qu’un chemin de forêt. Pas philosophe, mais poétesse oui mesdames et messieurs.

Mais dans la top liste, il faudrait apprendre à être heureux avec soi-même. Pas toujours et pas tout le temps mais la plupart du temps. De toutes façons, le bonheur n’est pas constant sinon il en perdrait de sa valeur.

On entend souvent que si on ne s’aime pas, les autres ne pourront pas le faire non plus.

Moi, je vous dirais plutôt:

Même avec son meilleur ami parfois on se dispute ou on est en désaccord mais on essaie de se rabibocher. On fait avec ses défauts et ses qualités.

Et si on essaie pas?

Il est fréquent alors de souffrir co-dépendance affective quand on ne vit qu’a l’extérieur de soi-même. On ne s’écoute pas, on s’efface devant les désirs des autres. Colère, culpabilité, peur de l’abandon, jalousie, besoin de contrôler l’autre,…

On ne vit qu’a travers son partenaire, son enfant, son parent, son ami,… Le choix est vaste.

Donc être célibataire c’est mieux?

Rien n’est mieux qu’autre chose quand on dysfonctionne. Il ne s’agit pas de savoir s’il faut être seul ou pas mais de mieux-être peu importe la situation dans laquelle on se trouve.

Ce qu’il faut retenir

1. Il faudrait pouvoir dire à son partenaire et ce de manière positive que l’on a pas BESOIN de lui mais qu’on le CHOISIS pour partager sa vie, les bons et les mauvais moments.

2. Être seul ne signifie pas que l’on souffre ou que l’on va souffrir de solitude, ce sont deux chose différentes.

3. Un être heureux est recherché car il ne s’agrippe pas aux autres pour construire son bonheur, il partage le sien.

via GIPHY

Sinon, Michel Giroux catégorisait les célibataires de manière assez animalière, je vous laisse découvrir et penser à un nom ou deux.

Si vous voulez lire quelques petites choses à ce sujet:

Chroniques conjugales d’Yvon Dallaire ou Psychologie des gens heureux de Michel Giroux.

Plus précisément il y a « Vaincre la dépendance affective » de Sylvie Tenenbaum.

Et « L’art du bonheur » par le Dalaï Lama, mais je promet rien hein…